Peurs, angoisses et anxiété

Peurs, Phobies, Anxiété et Angoisses

images-2

La peur est un système de protection très efficace de notre cerveau, beaucoup de peurs sont utiles et la question à se poser est souvent de savoir à quel degré la peur se manifeste. Les phobies sont des peurs à l’excès, presque un « bug » de notre cerveau et notamment de l’amygdale, et les angoisses sont souvent associées à la peur de perdre le contrôle, la peur de la mort ou à un important besoin de sécurité.

Gérer les peurs avec l’Hypnose

images-11

Notre cerveau est une machine à nous protéger et à apprendre. Les peurs sont notre protection et comment notre cerveau a appris à avoir peur est souvent un axe de travail simple et efficace.

Imaginez que vous êtes dans la jungle et que vous apercevez un tigre, vous avez peur et la peur met dans plusieurs situations possibles :

  • La fuite : vous courrez pour vous protéger

  • La paralysie : vous restez immobile en espérant que le tigre ne vous verra pas, un peu comme le lapin pris dans les phares d’une voiture

  • Le combat : le tigre vous a vu et vous fonce dessus, toutes vos ressources physiques s’activent et vous vous battez pour votre survie

Ce fonctionnement, ancré dans notre système de survie est toujours présent aujourd’hui, sauf que la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui ne ressemble pas vraiment à une jungle avec un tigre. Notre cerveau a gardé ce fonctionnement biologique et a tendance à déclencher ces réactions sur les choses qui sont perçues comme dangereuses, et ce qui fait peur aujourd’hui est d’un ordre souvent différent, il y a les peurs « internes », propres souvent à l’image de soi ou la confiance en soi comme par exemple :

  • Peur de l’échec

  • Peur de la réussite

  • Peur du rejet

  • Peur de l’abandon

  • Peur de manquer

  • Peur du vide

  • Peur de ne pas pouvoir s’échapper

  • Peur d’avoir peur

  • etc.

Et des peurs qui sont souvent projetées sur des éléments extérieurs, comme le métro, la voiture, l’avion ou autre.

Mais alors, quelle différence entre une peur et une phobie* ?

En réalité les différences sont fondamentales. Une phobie est un bug de l’amygdale, cette partie de notre cerveau qui gère la survie. L’amygdale s’active en permanence et vérifie dans tout ce qui passe autour de nous ce qui peut être perçu comme dangereux. Lorsque l’amygdale « bugue », elle a tendance à attribuer à un objet ou une situation un sentiment de danger de mort imminent et à déclencher la réaction de panique en conséquence.

Les phobies sont souvent créées suite à des événements traumatisants émotionnellement, mais la cause du traumatisme n’est pas forcément liée à la phobie. Par exemple, une cliente qui s’inquiétait pour son fils à l’hôpital a déclenché une crise d’angoisse dans un supermarché et le cerveau a pris la première chose qu’il a trouvé pour se protéger à l’avenir : les supermarchés. Cette cliente se retrouvait dans l’incapacité d’aller dans un supermarché et c’est en travaillant sur les émotions liées à la maladie de son fils que la phobie des supermarchés est partie.

Gérer les phobies avec l’Hypnose est souvent très rapide mais en France, il est interdit de travailler sur les phobies (exercice illégal de la médecine).

Gérer les angoisses avec l’Hypnose 

Les angoisses sont une autre forme de peur, qui génèrent souvent de la tachycardie, des sueurs froides, de la transpiration etc. Les personnes qui les vivent en parle souvent comme l’impression qu’ils vont mourir.

Les angoisses sont alimentées de deux façons :

  • Par une peur réglée à un niveau trop élevé

  • Par le conscient qui tente souvent de rejeter la peur ou qui l’alimente en ayant peur d’avoir peur ou avec un mental trop actif

Derrière les angoisses se trouve souvent un besoin de contrôle important et des personnes souvent très inquiètes de l’avenir. Lorsqu’elles s’inquiètent de l’avenir, c’est souvent un travail sur les peurs créées dans le passé qu’il est intéressant d’étudier, car c’est plus souvent la peur que le passé se reproduise dans l’avenir que la peur de l’avenir elle-même qui est pertinente.

Les angoisses se gèrent assez facilement avec l’Hypnose, et les résultats obtenus sont durables et efficaces. Il est aussi souvent important de travailler la peur d’avoir peur qui réalimente parfois le problème. Un suivi avec un médecin est souvent conseillé et recommandé.

Réduire l’anxiété avec l’hypnose

L’anxiété est un sentiment d’insécurité douloureuse, la crainte d’un éventuel danger engendrant un mal être généralisé.
C’est un état intérieur latent, indéfinissable qui peut, également, s’accompagner de sensations physiques :

– Modification du pouls
– Pâleur
– Sécheresse de la bouche
– Moiteur des extrémités
– Oppression thoracique
– Boule dans la gorge, etc…

Lorsqu’elle devient incontrôlable, l’anxiété peut perturber les actes de la vie quotidienne ; il est alors nécessaire d’y apporter une réponse avant qu’elle ne s’installe durablement et ne s’accroisse souvent de façon pernicieuse, insidieuse pour devenir présente de façon permanente.
La demande des patients porte, le plus souvent, sur une réduction des symptômes : Le plus souvent, ils souhaiteraient voir leur anxiété se calmer sans l’aide de médicaments.
Quelques-uns, désirent aussi connaître les vraies raisons, internes et/ou externes, de ce symptôme-maladie.
L’hypnose permet d’explorer les possibilités et options de changement à mettre e oeuvre et de résoudre les blocages qui sont apparus.

L’anxiété survient de façon assez fréquente dans des situations repérées telles que la présentation d’examens, concours, etc…

L’approche d’un examen scolaire, professionnel ou de conduite automobile peut quelquefois, engendrer une anxiété si intense qu’elle en devient quasi paralysante.
Le sujet perd la totalité de ses moyens malgré ses compétences ou ses acquis : mêmes les questions les plus évidentes restent sans réponse.
Une amie qui passait un concours professionnel, me racontait dernièrement que l’examinateur, conscient de son état lui avait demandé où se situait la Tour Effeil et la statue de la Liberté et qu’elle avait été incapable de répondre à ces questions sensées lui redonner confiance…
La souffrance provient d’une anticipation dramatisante et d’une visualisation avec focalisation sur l’image de l’échec.
La personne se raconte une histoire; le scénario d’une déroute possible qui lui apparait presque inéluctable.
La fixation mentale centrée sur ces pensées produit une cascade anxieuse.
Le remède quasi-instantané à cette anxiété est d’être à ce que l’on fait et de laisser venir le plaisir qui en découle.

Nous connaissons tous des manifestations irrépressibles de ces crises d’anxiété en voici parmi les plus communes:

Se ronger ses ongles :

images-1.jpeg

Cette habitude cesse habituellement vers l’âge de dix ans mais persiste parfois à l’âge adulte et il n’est pas rare que ce comportement canalise toute l’anxiété du sujet au point que celui-ci rogne ses ongles sans relâche, mangeant la peau tout autour, allant jusqu’à se blesser ou se faire saigner.
Il convient alors de travailler sur l’état anxiogène pour que cet état cesse, c’st ce qui explique le fait que les produits appliqués sur les ongles, n’aient pas d’effets réels puisque l’état d’anxiété est toujours présent.

Autre, manifestation de l’anxiété : la succion du pouce. Unknown

Au-delà de 4-5 ans, s’endormir en suçant son pouce expose à de sérieux problèmes dentaires et buccaux. 

Les dents poussent mal et de travers, le palais se déforme et se creuse, la prononciation est altérée.
Vers l’adolescence, ce comportement finit par provoquer plus de soucis que d’avantages pour l’enfant, qui sollicite ses parents afin de trouver un traitement.

Ces deux problèmes se situent entre l’habitude et l’obsession.
Au début, ils apparaissent comme des gestes rituels qui rassurent mais lorsqu’ils deviennent permanents ou récurrents à d’autres moments, ils témoignent d’une fidélité ou d’une nostalgie à l’enfance dans lesquels le sujet anxieux va chercher son assurance ou son réconfort.

Chez l’adulte, le geste de ronger les ongles (ou les peaux adjacentes), parasite toutes les activités du quotidien selon l’ennui et la dose de stress.
Ce qui motive la consultation est la honte d’avoir des doigts abîmés ou le plaisir de retrouver de jolis doigts pour des situations particulières (entretien d’embauche, relation amoureuse, évènement familial, …).
L’entourage reproche ou critique souvent ces gestes compulsifs et peu esthétiques.
Certaines personnes éprouvent une obsession si envahissante que le tic s’en trouve renforcé.
Une fois encore, l’hypnose et l’EFT en se combinant permettent de réduire de façon très significative voire de faire disparaitre cette anxiété pour que le sujet retrouve toute sa sérénité.

Une vidéo qui fait réfléchir :  Surmonter ses peurs

Publicités