Troubles alimentaires

Centre Hypnose Lyon - Maigrir et Rester Mince

Gérer son poids grâce à l’hypnose

Maigrir grâce à l’hypnose  est un des motifs récurrents qui amène à suivre une thérapie.
Autour de maigrir, il y a aussi l’obsession des aliments, l’obsession de se remplir et parfois l’impulsion de se faire vomir.
Nombre de patients consultent parce qu’ils estiment, (à tort ou à raison), qu’ils ont un certain nombre de kilos à perdre.
Parfois, la demande est simplement de ne plus avoir à penser à des aliments sucrés ou gras et à avoir la force de surveiller son alimentation : une capacité qui existait et qui s’est perdue au fil des grossesses, de la sédentarité ou des soucis de la vie.

De la boulimie au solide appétit, du solide appétit à l’obsession du poids -qu’elle soit justifiée ou non, n’a pas vraiment d’importance-, il convient de traiter l’incapacité à maintenir durablement des consignes diététiques raisonnables et apporter un soutien pour tenir sur la durée.
En cas de « simple  » surpoids, les suggestions thérapeutiques portent sur :
Le comportement alimentaire : L’attirance vers les aliments naturels, ne pas céder à la sensation de faim, par exemple.
L’activité mentale : Le renfort de la détermination, de la confiance en soi mais aussi la lutte contre le stress et l’anxiété.
L’appareil digestif : Des exercices de visualisation de l’oesophage, de l’estomac servent à amplifier la sensation de plénitude gastrique, à être plus vite rassasié.

Ces suggestions sont particulièrement intéressantes parce qu’elles montrent la possibilité d’obtenir par des mots, des réactions physiques sur les organes sollicités.
Par exemple, dans ce cas, l’estomac peut aller jusqu’à ressentir des spasmes et des crampes suggérés qui parviennent à gêner considérablement l’absorption alimentaire.
L’hypnose réalise ainsi un bon suivi de ces candidats à l’amaigrissement dont le chemin est parfois long (20 à 30 kilos) et chez qui la stabilisation est au moins aussi importante à obtenir que la perte de poids elle-même.

Photo de Hypnothérapeute, PNL, Coaching, Hypnoméditation.
Anneau gastrique hypnotique

Que sont les troubles du comportement alimentaire ?

Sans entrer dans les détails des troubles du comportement alimentaire, on sait désormais que l’Hypnose est très utile au travail sur ces comportements car elle permet d’apprendre à gérer les émotions, le lâcher prise, le rapport à la perfection, les habitudes et les associations d’idées qui ont pu se construire avec le temps sur ces TCA.

Je vous recommande vivement de vous engager réellement dans cette démarche pour optimiser le travail sur les troubles du comportement alimentaire, car, si certains sont « légers » et ne nécessitent que peu de séances cependant, certaines problématiques demandent un véritable suivi et un accompagnement sur quelques séances pour assurer une pérennité et un vrai changement dans le temps.

Quels sont les TCA courants ?

Unknown

 

Anorexie et boulimie.

Ce sont les deux troubles majeurs du comportement alimentaire et plus répandus mais ion note également l’hyperphagie, l’orthorexie ou encore la néophobie alimentaire, qui viennent compléter la liste des TCA. Ces troubles touchent essentiellement les femmes (environ une sur dix en France).

Les situations sont tellement variées dans les troubles du comportement alimentaire qu’il est délicat de rentrer, ici dans le détail. Pour rappel, cependant, voici quelques explications  :

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) sont souvent l’expression d’un mal-être qui dépasse de loin la simple volonté de maigrir ou la difficulté de construire son rapport à la nourriture. Ils sont bien souvent le symptôme d’une souffrance réelle, qui ne peut imagess’exprimer autrement. Dans la plupart des cas, le trouble survient suite à un évènement dit déclencheur, le plus souvent un traumatisme.

Les personnes qui souffrent de TCA ont, en outre, des caractéristiques psychologiques assez semblables : elles souffrent souvent de manque de confiance et d’estime de soi, d’excès de perfectionnisme ou encore de besoin de tout maîtriser autour d’elles. Ceci implique souvent un travail systémique avec l’entourage pour que les TCA puissent s’effacer efficacement.

Les TCA enferment leurs victimes dans une souffrance solitaire dont il est très difficile de sortir sans une aide adaptée. Dans certains cas, ils peuvent nécessiter l’intervention d’autres spécialistes médecins, et je vous invite d’ailleurs, à m’informer de tout suivi parallèle à celui que vous pourriez envisager de suivre avec moi.

 

  • L’anorexie est animée par une peur hors norme de grossir et un besoin obsessionnel de maigrir qui peut finir par être très dangereuse pour la santé, entrainant la mort dans 10% des cas. Un accompagnement complémentaire au travail fait avec l’hypnose, que ce soit sous d’autres formes de thérapies ou un suivi médicalisé est souvent nécessaire et fondamental.

  • Lors de la boulimie, la personne, (souvent une adolescente ou une jeune femme) a peur de grossir et cherche, à tout prix à perdre du poids. La restriction entraîne des crises alimentaires caractérisées par une perte totale de contrôle en engloutissant d’importantes quantité de nourriture. Parfois il y a vomissement mécanique volontaire, parfois non. La boulimie peut s’exprimer de plusieurs façons, comme le fait de mâcher et recracher. Pourtant, l’accompagnement ici, peut être très rapide ou un peu plus long en fonction de l’unicité de chaque cas, car il est souvent nécessaire de travailler sur le conditionnement des vomissements et les déclencheurs plus profonds liés à la boulimie

  • L’hyperphagie ressemble beaucoup à boulimie à la différence qu’elle touche plus d’hommes et qu’elle n’est pas suivie de vomissements. Les crises sont souvent importantes et fréquentes. Ici, l’hypnose est souvent très efficace et de façon rapide, mais encore une fois, tout dépend des personnes et des situations individuelles et contextuelles.

  • L’orthorexie peut se définir comme un besoin obsessionnel et acharné de se nourrir de façon « diététiquement » correcte, sans désir d’amaigrissement. Il n’y aucun plaisir dans le choix de la nourriture, souvent la satisfaction d’avoir pu garder le contrôle ou de la culpabilité en cas de dérogation aux règles. Les personnes orthorexiques ont souvent tendance à culpabiliser ceux qui ne suivent pas les mêmes règles d’hygiénisme alimentaire.

  • Il existe encore d’autres TCA, comme le grignotage à l’excès ou des dérivés, comme la phobie de la déglutition.

Cette page est seulement là à titre d’information sur les différents troubles, l’accompagnement par hypnose thérapeutique est toujours personnalisé et très souvent en dehors des règles et des cadres habituels, nous partons juste de vous et de ce que vous êtes. Gardez simplement à l’esprit qu’un travail sur les émotions, le lâcher prise et le perfectionnisme sont souvent engagés et particulièrement efficaces.

Traiter la boulimie avec l’hypnose

Les patients ne supportent plus ces gestes qu’ils qualifient d’autodestructeurs, les (com)pulsions vers le sucré, le gras, le salé ou l’alcool qui se sont insidieusement installées comme des rituels obligés. L’interrogatoire des personnes présentant, pluri-quotidiennement, des crises de boulimie suivies de vomissements, met bien en évidence ce trouble de l’utilisation du temps qui semble totalement réservé aux gestes compulsifs.
Les patients parlent spontanément de temps et d’énergie perdus dans le déroulement d’un rituel (gavage-vomissements) qui est censé les calmer, les apaiser et se révèle, au final, aller à l’encontre de cela, se révélant, encombrant et humiliant et particulièrement auto-destructeur.
Les vomissements répétés entraînent, eux aussi, des troubles physiologiques divers à type d’oesophagites, gastrites, carences vitaminiques et fatigue répétée qui nuisent à l’organisme.

Suggestions thérapeutiques : 

Installer comme un réflexe, des mots-clés ou des gestes-clés inhibant les crises : ce sont, en quelque sorte, des  » interrupteurs des crises « . Il est souvent intéressant de travailler à l’installation d’une indifférence voire, d’une aversion pour la nourriture (ou tout au moins certains types d’aliments), déclenchant, lors de leur consommation, des nausées, des crampes (ou autres réactions similaires).

Imagerie mentale :

Le thérapeute amène le patient à s’imaginer ou désirer retrouver un corps plus mince, à visualiser des aliments « normaux », fruits, légumes, jusqu’à les désirer. Apprécier leur saveur, leur texture, leur parfum…

Recherche de la genèse pathologique : 

Là encore, le travail se dirige vers une approche qui peut être systémique, par imitation des parents, la peur de manquer, l’obéissance à une consigne parentale.
On amène le patient à opérer une substitution par les fruits et les légumes en lieu et place des produits toxiques, hypercaloriques, à percevoir l’empoisonnement du corps en ressentant, sous hypnose, la distension de son corps en ayant, toujours présente, la sensation de la couche de graisse qui déforme le corps, celle de se sentir plein (et même trop plein, prêt à éclater).
Il es nécessaire que le patient puisse se rendre compte qu’il n’y a pas de vide à combler.
On l’amène donc à ressentir fortement son œsophage et son estomac pour affiner sa sensation de satiété.
Les exercices, nombreux, sont fonction des patients, de leurs liens à la nourriture et leurs rituels.

Les suggestions sont au plus près de ce qui est rapporté verbalement par chaque patient, ce qui rend inopérantes les méthodes globales  proposées sous forme de CD audio, vendus dans le commerce.
Chaque difficulté est un problème intéressant mais individuel, à résoudre.
Chaque progrès, si modeste soit-il, est la preuve qu’un changement est possible.
Les séances d’hypnose sont rapprochées les premières semaines puis il y a un espacement en fonction des résultats.
Nombre : cinq à dix séances. Des séances d’entretien sont envisageables, chaque moscript-hypnotique-compulsion-alimentaireis puis tous les trimestres si le besoin s’en fait sentir.
Les critères d’efficacité des séances d’hypnose ne sont pas uniquement ciblés sur la perte de poids, c’est la raison pour laquelle il n’est pas recommandé aux patients, de se peser bien que cela soit souvent difficile d’y renoncer.
Ce qui est attendu, ce sont des modifications plus larges sur la relation au corps et sur les liens aux aliments.
Le traitement de la boulimie est réalisable par l’hypnose. Cependant, il est souvent long et aléatoire. L’hypnothérapie permet d’approcher au plus près la personnalité de chaque patient et de changer ses habitudes obsédantes.

Se débarrasser des kilos émotionnels 

L’aiguille de la balance qui monte (ou qui baisse)  alors qu’on n’a pas modifié ses habitudes alimentaires, un jean qui nous boudine sans qu’on ait avalé trois paquets de gâteaux la veille ?
Ça arrive à nombre d’entre nous et c’est aussi désarmant, que décourageant…

En effet, que vous vous mettiez à réduire son alimentation de façon drastique – et sans doute, la surveillez-vous déjà-, ou que vous mangiez vraiment trop, le résultat ne varie quasiment pas ou si peu et vous voici à accumuler les kilos en trop… impuissant à inverser la tendance malgré une hygiène de vie tout à fait correcte et quelques heures de sport hebdomadaires, effectuées avec assiduité …
Décourageant, non?
Et si vous cherchiez du côté de vos émotions ?
Des événements heureux ou dramatiques, un chagrin amoureux, un deuil, des soucis familiaux ou professionnels, un changement de statut ou encore un environnement ou des relations insatisfaisants sont autant d’éléments qui peuvent expliquer ces kilos qui viennent ou qui partent sans raison apparente.

Comment reconnaître les kilos (pris ou perdus)  émotionnels ?

Inutile de culpabiliser lorsqu’on connaît une variation de poids et, mieux encore, arrêter de croire que tout n’est qu’une question de volonté : 90 % des personnes qui ont fait un régime reprennent du poids ensuite parce qu’elles ont agi sur les conséquences et non sur la cause de leur surpoids.
On détecte facilement les kilos émotionnels lorsqu’on a éliminé toutes les raisons évidentes : augmentation (insidieuse) de la ration alimentaire, grignotage, arrêt du sport, prise de certains médicaments, immobilité forcée (plâtre, maladie), sédentarité…

On les reconnaît aussi lorsqu’ils surviennent de manière brutale, après un changement de vie et sans qu’il n’y ait eu de modifications du comportement alimentaire ou lorsque la balance affiche 2 ou 3 kilos de plus (ou de moins) juste après une contrariété ou une dispute, de manière récurrente.
S’ils sont très difficiles à perdre avant que l’on ai défini leur origine, ils sont ensuite très faciles à éliminer et ce, durablement, car lorsque le poids n’a pas l’air de vouloir descendre, malgré des régimes ou une alimentation équilibrée c’est qu’il y a souvent autre chose : une protection inconsciente ou un manque de conscience du corps.

En hypnose nous travaillons sur ces blocages inconscients, que vous n’avez pas besoin de connaître consciemment, afin de pouvoir vous libérer de la limite qui s’est fixée en vous, à un moment, concernant votre poids.

L’inconscient est protecteur et protège parfois l’esprit et le corps par la prise de poids. C’est lorsque ces événements sont « digérés » que le poids se met alors à descendre facilement.

Pourquoi ne sommes-nous pas égaux dans nos réactions face aux différentes émotions ? Notamment le stress ?

Enfant, on intègre les modèles parentaux et leur manière de gérer leurs propres émotions.
On prend alors exemple sur eux et, l’on apprend d’eux les différentes manières, qui sont les leurs, de répondre à nos émotions négatives.
Certains les extériorisent par les pleurs, la tristesse, la colère, d’autres par la parole et la communication, d’autres encore, à travers la création et l’Art… : Il est important de trouver son propre mode d’expression pour pouvoir les gérer tout en leur donnant un sens.

Quant à l’impact du stress, il dépend des personnalités.
Son effet est très fort sur les mangeurs émotionnels, qui trouvent du réconfort en se tournant vers la nourriture à chaque émotion négative.
Et cette prise de poids va être alors une source de stress supplémentaire.
C’est le cercle vicieux !
L’hypnose est toute indiquée pour permettre de gérer ces réactions émotionnelles qui engendre pour nombre d’entre nous une spirale infernale d’incompréhension et de culpabilité, en intervenant justement, sur la régulation émotionnelle.
Une solution durable qui passe par une phase de réconciliation avec soi-même.

Habitudes ou addictions à certains aliments

L’abus ou l’excès de certains aliments (ou boissons), constitue une forme d’addiction qui se règle facilement et rapidement avec l’hypnose. Il s’agit ici souvent de désactiver les liens et les associations d’idées de l’addiction tout en travaillant sur les éventuelles émotions ou déclencheurs associés, s’il y a lieu. Le travail effectué pour la perte de poids ici est souvent assez proche de ce qui est fait avec l’arrêt du tabac.

Le manque de conscience du corps

Centre Hypnose Lyon - Perception du corps

Lorsqu’on demande à des personnes très minces, voire à des personnes anorexiques comment elles se voient, il n’est pas rare qu’elles répondent quelque chose comme : « un éléphant » ou « un hippopotame » , « une baleine », alors qu’elles sont, sans ambiguité, minces, très minces, et, pour certaines, trop minces voire, maigres. L’image inconsciente de soi peut avoir une influence forte sur la perte de poids : on ne peut mincir si l’on s’intègre mentalement comme étant gros… C’est un paradoxe étrange que ces détours de l’esprit qui se conforme à la réalité qu’il se crée.

Inversement, il arrive que les personnes étant, réellement, en surpoids ne se perçoivent pas comme telles et sont mêmes souvent choquées de se voir en photo ou en vidéo. L’image est comme  » faussée » à l’intérieur. Le travail hypnotique permet de rétablir, à un niveau inconscient, l’image du corps actuelle et de faire de l’image désirée l’objectif  à atteindre permet souvent une perte de poids rapide et efficace. C’est un peu comme si, le cerveau ignorait, alors qu’il a tout un stock de matières grasses disponibles à la consommation, d’aller puiser dedans.Unknown-2

Il existe, parfois d’autres paramètres, comme retrouver la motivation de reprendre une activité sportive, qui, outre, le travail musculaire réalisé, augmente le métabolisme de base, active tout le système hormonal qui permet d’accélérer la perte de poids par la combustion de graisses et de sucres, de retrouver la confiance en soi, un travail sur l’image de soi ou même simplement sur certains aliments devenus trop habituels.

Parfois les personnes pensent que c’est en perdant du poids qu’elles retrouveront confiance en elles, mais c’est souvent l’inverse qui permet un travail efficace : retrouver confiance en soi permet de perdre du poids facilement.

Je vous accompagne au mieux vers cet objectif de perte de poids, en travaillant sur tout ce qui fait que le poids s’est maintenu pendant des années afin de vous permettre de vous libérer définitivement des contraintes de régimes alimentaires.

 

 

Publicités